Non, l’agriculture biologique n’est pas celle d’antan

Savourons chaque
jour

Accueil Savourons chaque jourNon, l’agriculture biologique n’est pas celle d’antan

Non, l’agriculture biologique n’est pas celle d’antan

Non, l’agriculture biologique n’est pas celle d’antan

L’agriculture biologique est souvent considérée comme une agriculture qui élabore des produits « comme autrefois ».

Le producteur bio Michel Huchette, établi à Haisnes dans le Pas-de-Calais, n’est pas d’accord avec cette vision : « Nous utilisons les techniques modernes telles que l’hydroponie, ce qui signifie que nos endives ne se développent pas dans la terre lors de la phase finale appelée forçage, mais dans un milieu humide, chaud et dans le noir, comme pour chaque variété de ce légume. Faire du bio ne signifie pas que nous produisons comme il y a 50 ans ».

bio-champ
Parcelle de racines d’endives au printemps


La grande différence avec les producteurs conventionnels, c’est que ceux-ci profitent de ce forçage pour nourrir, voire traiter les endives via l’eau qui circule entre les plantes.
« Nos endives puisent leurs nutriments quand les racines se développent, dans la terre, durant la première phase qui dure six mois. On ne va pas leur amener une alimentation supplémentaire par rapport à ce qu’elles ont déjà reçu lors de la seconde phase, poursuit Michel Huchette. Le sol nourrit la plante donc nous allons favoriser ce phénomène en nourrissant ce sol avec des matières organiques et solubles. C’est à nous d’optimiser cela. »

L’autre différence, c’est l’absence de produits destinés à préserver la plante en éloignant les insectes ou en évitant le développement de champignons. C’est pour cette raison que parfois, en forçage, des bacs entiers d’endives doivent être jetés en agriculture bio, ce qui n’arrive que rarement dans les autres exploitations où les endives reçoivent des traitements.

Cependant, comme chez les producteurs conventionnels, entre les deux phases, les racines sont entreposées dans une chambre froide, où leur développement est stoppé. Ensuite, selon les besoins, ces racines vont au forçage, trois semaines durant. Et après l’étape du cassage (séparation de la racine et de la plante), elles sont prêtes à être emballées. Car comme les autres, les producteurs bio conditionnent et emballent leur marchandise sur place.

Article rédigé par Flora-Lyse Mbella pour Perle du Nord.

newsletter

Des news, des actus & surtout des recettes

S’inscrire

Décoration