Ces légumes qu’on prend pour des fruits (et vice-versa)

Savourons chaque
jour

Accueil Savourons chaque jourCes légumes qu’on prend pour des fruits (et vice-versa)

Ces légumes qu’on prend pour des fruits (et vice-versa)

Ces légumes qu’on prend pour des fruits (et vice-versa)

La cuisine est emplie de questions qui font débat. Qui est arrivé en premier, la poule ou l’œuf ? La tomate, fruit ou légume ? Stop ! Il est temps d’y mettre fin*. La tomate est bel et bien un fruit. Et pour tout vous dire, elle n’est pas la seule…

Ces fruits légumes qui nous prennent le chou

Maintenant que l’identité de la tomate est enfin révélée, on peut tout déballer. Car la liste de ces fruits qui se prennent pour des légumes ne s’arrête pas là. On peut citer encore l’avocat, la courgette, l’aubergine, le poivron, le haricot vert, le potiron, la citrouille et même le cornichon. C’est à en perdre la tête, n’est-ce pas ?

Vous aussi vous avez majoritairement tendance à consommer toutes ces… plantes (on ne sait plus vraiment comment les appeler) comme des légumes ? Crus ou cuits, en vinaigrette ou rôtis au four, en poêlée ou à croquer. Rassurez-vous, c’est normal.

Juste une question de définitions !

La confusion entre fruit et légume vient du fait qu’ils n’ont pas une seule et simple définition, mais qu’ils en ont plusieurs. A savoir celle des botanistes et celle du langage courant et culinaire.

Chez les botanistes, on considère en effet le fruit comme l’organe comestible d’un végétal qui succède à la fleur et qui contient noyaux, graines ou pépins. Autrement dit, le fruit n’est autre que l’ovaire de la plante. Tandis que le légume, lui, est le produit d’une plante potagère, ou légumineuse. Il peut être son bulbe, sa feuille ou son rhizome.

La tomate, comme la cerise ou encore le poivron, est issue de la fleur. Donc si l’on utilise le langage botaniste, il s’agit d’un fruit ou plus exactement d’un légume-fruit.

Alors, pourquoi continuons-nous à les ranger dans la catégorie légume ? Tout simplement parce qu’on les consomme ainsi. Dans notre langage courant, le fruit est ce végétal consommé en dessert pour sa saveur plus ou moins sucrée. Et s’il est vrai que cette définition peut correspondre à la tomate, on en doute un peu plus pour le poivron… Vous en connaissez, vous, des desserts à base de poivron ? Dans notre propre définition, le poivron est donc un légume et la fraise un fruit (ou presque).

Et les faux-fruits alors ?

Ce serait déjà plus simple si l’histoire s’arrêtait là… Mais non. Car on doit vous parler aussi des faux-fruits. Si l’on reprend la définition des botanistes, la fraise, l’ananas, la canne à sucre et la rhubarbe ne sont pas des fruits. Ils ne sont pas issus de la fleur, et ne contiennent d’ailleurs ni graine, ni pépin, ni noyaux.

On vous entend déjà « Si ! La fraise provient de sa petite fleur blanche » mais non, pas tout à fait. Elle provient en fait du réceptacle de la fleur, mais pas de la fleur directement. Nuance.

Et la banane, elle ne contient pas de graine non plus… alors fruit ou légume ? C’est bel et bien un fruit, mais cueilli avant maturité. Raison pour laquelle elle ne contient pas encore de graines.

Entre nous, fruit ou légume, est-ce vraiment si important ? Au final, si vous aimez le Carott Cake ou encore mettre des poires dans votre salade d’endives et de noix, c’est votre choix. D’ailleurs dans les cuisines des grands chefs comme dans les nôtres, la tendance est au mix des saveurs fruitées et des plus salées. Alors, pourquoi continuer à se prendre le chou ?

*Concernant le débat, qui de la poule ou de l’œuf est arrivé le premier, nous travaillons encore sur le sujet.

Article rédigé par Mathilde Tay pour Perle du Nord.

Décoration