Un documentaire muet nous fait découvrir la production de l’endive… en 1934 !

Savourons Chaque Jour

Accueil Savourons chaque jourUn documentaire muet nous fait découvrir la production de l’endive… en 1934 !

Un documentaire muet nous fait découvrir la production de l’endive… en 1934 !

Un documentaire muet nous fait découvrir la production de l’endive… en 1934 !

Et si on faisait un voyage dans les années 30 avec un documentaire muet et en noir et blanc. Diffusée à l’époque par le ministère de l’agriculture, cette vidéo de l’INA met en avant les différentes étapes et procédés de la culture de l’endive en France.

Rappelez-vous que la production de ce légume du Nord avait commencé en 1897, en Seine et Marne. Ce département reste encore une importante région de production à ce jour. Ce documentaire est l’occasion de découvrir ou de redécouvrir de jolies images de l’endive en 1934.

La préparation du sol

Avant toute chose, la production de l’endive en 1934 nécessitait une préparation du sol qui devait être fumé comme pour la betterave. Avant les semis qui s’effectuaient généralement du 15 avril au 15 juin, la surface du sol était finement émiettée.

Préparation du sol avant le semis

Le semis

Les semis en champ, se faisaient en rayons espacés de 30 cm. Venait ensuite l’étape du binage qui se faisait à l’époque à la bineuse à cheval. Puis le plant était éclairci à la main, pour ne laisser que 8 à 10 plants au mètre.

Dans les petits jardin en revanche, on semait plutôt en pépinière et l’on repiquait en place.

Éclaircissement des plants à la main

L’arrachage

L’arrachage, en vue du forçage, se faisait à la bêche, à la fourche ou à la charrue de fin septembre à mars. Après l’arrachage, les plantes étaient mises en tas et les feuilles étaient coupées à 3 centimètres au dessus du collet pour ne pas entamer le bourgeon central.

Arrachage et coupage des feuilles avant forçage

Le forçage

Le forçage de l’endive en 1934, pouvait utiliser deux sortes de sources de chaleur artificielle : le fumier chaud de cheval et le thermo-syphon.

Pour le forçage au thermo-syphon, qui n’était employé qu’en grande culture, les racines étaient posées en tranchées, puis placées verticalement les unes contre les autres. Elles étaient ensuite recouvertes de 18 cm de terre sableuse et enfin de paille. En cas de fortes gelées, ces racines étaient couvertes de tôles ondulées. La température des différentes couches se réglait au moyen de vannes enterrées.

Préparation du forçage au thermo-syphon

Thermo-syphon

Pour le forçage au fumier chaud, employé cette fois pour la petite culture, les racines étaient également  placées en tranchées verticales. On les recouvrait de terre fine puis, venait une nouvelle couche de 50 cm de fumier chaud. En cas d’intempéries, les couches étaient protégées avec des panneaux de paille.

Préparation du forçage au fumier chaud

La récolte de l’endive en 1934

18 à 20 jours après le début du chauffage, les producteurs récoltaient les “chicons” dès qu’ils avaient atteint 15 cm. Les endives étaient séparées de leur racine, nettoyées et classées par catégories puis emballées dans des paniers standardisés.

Emballage dans des paniers standardisés

Un documentaire à retrouver également sur le site de l’INA

newsletter

Des news, des actus & surtout des recettes

S’inscrire

Décoration
Décoration