LES HAUTS-DE-FRANCE,

TERRE D’ENDIVES

Florence Dhalluin

Endivière à Marcoing - Nord (59)

90 % de la production d’endives françaises provient des Hauts-de-France

Et la France est l’un des premiers producteurs d’endives en Europe, avec 145 000 tonnes d’endives produites en 2019.

Pourquoi une telle concentration
des endiveries ?

Les explications sont d’abord pédoclimatiques : le type de sol, sa fertilité, la pluviométrie régulière et les températures modérées offrent des conditions propices à la culture de la racine.

Or pour obtenir des endives, il est essentiel de réussir la culture des racines au champ. Ce sont elles qui contiennent les réserves carbonées et minérales utiles à la production d’une endive de qualité. Du bon choix de la parcelle et des bonnes conditions météorologiques pendant la culture des racines va dépendre la qualité de la récolte d’endives. Un aléa climatique, tel qu’un mauvais orage au mauvais moment, aura des répercussions lors de la phase de forçage.

Autre raison essentielle : la production d’endives requiert un savoir-faire, des infrastructures et même une vraie passion pour cette culture, qui se sont transmis sur plusieurs générations dans les Hauts de France depuis une centaine d’années.

Où sont produites

les endives Perle du Nord ?

map

MARCHE DE ST OMER :

 

  • Bassin Audomarois (62)
  • Multi-légumes
  • Regroupe 36 producteurs dont 13 endiviers
  • Produit : 3,2 millions de têtes de choux-fleurs
  • 2 millions de têtes de choux, 600 000 têtes de céleris, 1 750 tonnes d’endives

MARCHE DE PHALEMPIN :

 

  • Bassins Weppes et Pévèle (59-62)
  • Multi-légumes
  • Regroupe 200 producteurs dont 90 endiviers
  • Produit : 55 000 tonnes de légumes dont 27 000 tonnes d’endives

CAP ENDIVE :

 

  • Bassins Cambrésis et Béthunois (59-62)
  • Regroupe 12 producteurs
  • Produit : 7 500 tonnes d’endives

PRIMACOOP :

 

  • Bassins Santerre, Cambrésis et Bapalmois (80-62)
  • 8 producteurs
  • Produit : 25 000 tonnes d’endives

ENDIVES DU VALOIS :

 

  • Région de l’Aisne (02)
  • 14 producteurs de racines, 1 endiverie
  • Produit : 5 500 tonnes d’endives

DES ENDIVES

DANS LES HAUTS-DE-FRANCE, UNE HISTOIRE DE TRADITION

Historiquement, la production des endives voit le jour à Bruxelles au milieu XIXe siècle.

Dans le Nord de la France, c’est en 1919 qu’on cultive les premières endives, dans la Pévèle, une région située près de Lille et de la frontière belge. Au fil du temps, d’autres bassins de production se sont développés : dans les Weppes, la plaine de la Lys, l’Audomarois, l’Arrageois, le Cambrésis, le Santerre. Petit à petit, le centre géographique de la production descend pour s’établir autour d’Arras, où se trouve, et ce n’est pas un hasard, le siège de Perle du Nord.

Si l’endive se plaît si bien ici, c’est que les Hauts-de-France cumulent des atouts naturels nombreux :

des sols limoneux, profonds, fertiles et peu accidentés, une pluviométrie régulière, et des températures sans excès.

TOUT COMMENCE AU CHAMP

DANS LA TERRE

Savez-vous comment sont cultivées les endives Perle du Nord ? Elles ont un cycle de culture en deux temps. Elles naissent d’une racine de chicorée arrachée à maturité puis placée dans le noir pour trois semaines. C’est pendant cette période, qu’on appelle « le forçage », que la racine donne un bourgeon, une pousse : l’endive.

L’ENDIVE NE SE LAISSE PAS CULTIVER SANS EXIGENCE.

Il faut d’abord lui offrir les meilleures conditions pour une bonne implantation et croissance des racines.

« Pour produire des endives de qualité, il faut d’abord obtenir des racines homogènes en calibre, en maturité et au bon potentiel de forçage, c’est-à-dire avec le bon niveau de réserves en carbone et en azote.

Le choix de la parcelle est primordial : texture, structure du sol, topographie, fertilité ou encore précédent cultural. Les sols limoneux, profonds, bien équilibrés en matière organique et le moins accidentés possible, offrent les meilleures conditions pour obtenir des racines productives, qualitatives et homogènes.

Mais la terre ne fait pas tout, il faut aussi un travail du sol soigné, très fin pour favoriser une bonne levée des graines et beaucoup de suivi pendant toute la culture ».

Xavier Ennique, responsable de production, Perle du Nord

L’EAU, LE CLIMAT,

LE TEMPS ET LA PERSÉVÉRANCE

Et puis, il y a la météo. Les caprices du temps, implacable baromètre du succès d’une production agricole. Pour les endives, les conditions météo jouent un rôle essentiel, impitoyable, pendant tout le cycle de production des racines.

Au printemps, au moment où l’on sème les graines d’endives, la terre doit être suffisamment réchauffé, ni trop humide, ni trop sèche.

Pour assurer une levée rapide et homogène des graines, il faut une humidité de surface suffisante. Il n’est pas rare que l’absence de précipitations pendant la phase cruciale de la levée oblige à semer à nouveau.

Les orages ou les pluies battantes avant que la culture ne soit bien implantée peuvent remettre en cause la réussite du semis.

Pendant l’été, des conditions trop sèches ou trop chaudes perturbent la croissance des racines, les fragilisent et favorisent la pression des maladies et des insectes indésirables.

À l’automne, les conditions météos doivent permettre aux racines de terminer leur cycle et d’arriver au bon stade de maturité. Les excès d’eau peuvent devenir problématiques au moment des arrachages.

«  Le mois de mai, mois des semis, est une période particulièrement stressante pour les endiviers, témoigne Xavier, parce qu’ils savent à quel point la réussite du semis conditionne toute la réussite et la qualité du produit final, l’endive ».

Au cours de la croissance de la plante,

la sécheresse, le froid, l’excès d’eau… Tous perturbent le cycle de vie de la racine.

DES SPÉCIALISTES DE L’ENDIVE,

FACE AU CHANGEMENT

ON SAIT AUJOURD’HUI QUE LE CLIMAT SE DÉRÈGLE.

Quand le climat change, les producteurs d’endives le constatent aussi, avec la multiplication des excès climatiques des dernières années

Un défi de plus. Comment garantir la qualité des endives quand les conditions de culture changent ?

Chez Perle du Nord, nous pratiquons une agriculture raisonnée.

Les producteurs Perle du Nord s’adaptent dans les Hauts-de-France. Ils modifient certaines pratiques culturales, revoient leurs choix variétaux, développent des techniques alternatives pour éviter de recourir aux produits phytopharmaceutiques.

 Et nous nous engageons aussi, parce que nous sommes les premiers à vivre les changements en cours dans notre environnement. 

C’est la raison pour laquelle nous adhérons à l’association Demain la terre. Cette association rassemble des entreprises qui veulent montrer leur engagement par la preuve, et s’appuie sur trois priorités :

  • La santé
  • La qualité
  • Le respect des hommes et de l’environnement.

Elle porte bien son nom : c’est de la terre des Hauts-de-France que viennent nos endives, et c’est elle qui nous nourrira encore demain.

sur nos engagements.

VOILÀ, VOUS SAVEZ D'OÙ

viennent nos endives, et pourquoi elles sont si importantes ici, dans les Hauts-de-France.

Mais savez-vous qui les cultive ? Et comment nous les faisons passer du champ jusqu’à votre assiette ?

PAR OÙ
SOUHAITEZ-VOUS
CONTINUER L’AVENTURE ?

Qui ? Une marque de

producteurs

OÙ ? hauts-de-france

terre d’endives

QUOI ? L’ENDIVE SOUS TOUTES

SES COULEURS

COMMENT ? SAVOIR-FAIRE ET

TECHNIQUES

pourquoi ? NOS

ENGAGEMENTS